ACCUEIL ACCUEIL ACCUEIL MESSAGES MESSAGES MESSAGES CONTACT CONTACT CONTACT AGENDA AGENDA AGENDA SITUATION SITUATION SITUATION ACCUEIL ACCUEIL ACCUEIL MESSAGES MESSAGES MESSAGES CONTACT CONTACT CONTACT AGENDA AGENDA AGENDA SITUATION SITUATION SITUATION MEDITATIONS MEDITATIONS
Vous pouvez vous abonner sur Si vous êtes intéressé, vous y trouverez une rapide description de la publication et le lien pour s’abonner si vous le désirez
"Personne n'a jamais haï sa propre chair, mais il la nourrit et la chérit comme le Christ l'assemblée". Éphésiens 5v29 S'aimer ou s'accepter soi-même? On entend de plus en plus souvent cette affirmation : « Pour aimer les autres, il faut s'aimer soi- même, or je ne m'aime pas ». Et voilà comment, sous couvert d'humilité ou de fausse modestie, on justifie son égoïsme ou son incapacité à aimer les autres. Tout d'abord, est-il exact que l'on ne s'aime pas soi-même ? La citation de ce jour nous dit le contraire. S'aimer soi-même, prendre soin de son corps est une chose naturelle. Dans ce chapitre, l'apôtre Paul se sert de cette loi de la nature pour dire que les maris doivent aimer leur propre femme comme leur propre corps et que c'est une façon de s'aimer soi-même (Eph. 5v28). Il nous enseigne aussi que l'amour dont le mari aime sa femme doit être à l'image de l'amour dont Christ aime l'assemblée (v25). Notons qu'une première déviation de cet amour dont on doit s'aimer soi-même consiste à négliger son corps, et à lui infliger de mauvais traitements. Parfois, il s'agit même de commandements et d'enseignements d'hommes, qui ont bien "u ne apparence de sagesse en dévotion volontaire et en humilité du fait qu'ils n'épargnent pas le corps ". En réalité, ils n'ont aucune valeur, sinon pour satisfaire des aspirations tout humaines (voir Col. 2v20-23). À l'inverse, une autre déviation consiste à concentrer tous ses soins et toute son attention sur soi-même en exagérant sa propre valeur ou sa propre dignité. On exige de l'autre une reconnaissance à la hauteur de l'estime que l'on a de soi-même. encore l'apôtre nous met en garde contre ce penchant de notre coeur naturel : " Je dis à chacun... de ne pas avoir une haute opinion de lui-même, au-dessus de ce qu'il faut, mais une saine façon de penser" (Rom. 12v3). En réalité, lorsque nous disons que nous ne nous aimons pas nous-mêmes, nous manifestons, sans vouloir le reconnaître, que nous ne nous acceptons pas nous-mêmes. Nous souhaiterions être plus grands, plus forts, plus éloquents, etc. Et pourtant, oserions-nous contester avec Dieu et lui reprocher de ne pas nous avoir pourvus de tous les dons que nous aurions souhaités ? "L'argile dira-t-elle à celui qui la forme: Que fais-tu?" (Es. 45v9). Acceptons d'être tels que nous avons été créés. C'est sûrement dans cette disposition d'esprit que nous pourrons aimer les autres en nous oubliant nous-mêmes.