Vous pouvez vous abonner sur Si vous êtes intéressé, vous y trouverez une rapide description de la publication et le lien pour s’abonner si vous le désirez
"Éternel !... Tes pensées sont très profondes". Psaume 92. 5 Pensée linéaire et pensée paradoxale L'homme a été créé à l'image de Dieu et, parmi les nombreux dons communiqués par son Créateur, il possède la faculté de penser et de raisonner. La démarche de foi qui est celle de tout croyant n'est pas, comme on le dit parfois, une démarche irrationnelle, qui amputerait l'homme d'une partie essentielle de son intellect : croire est « raisonnable ». Toutefois, le raisonnement de l'homme, forcément limité par son statut de créature, ne peut prétendre épuiser la profondeur des pensées de Dieu. Blaise Pascal avait bien compris l'importance et la limite de la pensée humaine. Il disait : « I l y a deux excès : exclure la raison ; n'admettre que la raison. » Une autre de ses « Pensées » est devenue célèbre : « Le coeur a ses raisons que la raison ne connaît pas. » La Bible utilise deux formes de pensées : - La pensée « linéaire » se sert d'un mode de raisonnement proche des mathématiques. Si 1 + 1 font 2, 1 + 1 ne peuvent pas faire 3. Par exemple, Jacques utilise cette forme de pensée lorsqu'il affirme que Dieu est bon, qu'il ne peut pas être tenté par le mal et donc qu'il ne peut tenter personne (Jac. 1. 13, 17). Le Seigneur fait de même en face de ses opposants : il « coince » les pharisiens en leur citant le début du Psaume 110 en les mettant dans un « corner » logique (Matt. 22. 41-46). Selon la pensée linéaire, il ne peut y avoir qu'une seule réponse juste : soit « A », soit « non A »; c'est la pensée de la « raison », au sens de Pascal. Elle nous permet de fixer solidement notre assise doctrinale. - La pensée « paradoxale » est aussi largement utilisée par l'Écriture. Dans ce mode, on examine une vérité sous divers aspects et on progresse en envisageant simultanément des côtés apparemment contradictoires. Par exemple, seule la pensée paradoxale permet de concilier l'amour et la colère de Dieu, la souveraineté de Dieu et la responsabilité de l'homme, etc. C'est la forme que Paul utilise lorsqu'il évoque les deux faces du sceau du fondement de Dieu (2 Tim. 2. 19). La pensée paradoxale est indispensable, car c'est elle qui nous ouvre à l'humilité, à la grandeur d'un Dieu qui nous dépasse et nous dépassera toujours. C'est plutôt la pensée « du coeur » selon Pascal. L'attitude la moins raisonnable serait, au fond, de ne retenir qu'une seule de ces deux formes et de rejeter l'autre comme anti-scripturaire. Nous avons besoin des deux, et surtout de l'aide de l'Esprit Saint qui nous conduit pour progresser un peu plus dans les pensées "très profondes" de notre Dieu.
ACCUEIL ACCUEIL ACCUEIL MESSAGES MESSAGES MESSAGES CONTACT CONTACT CONTACT AGENDA AGENDA AGENDA SITUATION SITUATION SITUATION ACCUEIL ACCUEIL ACCUEIL MESSAGES MESSAGES MESSAGES CONTACT CONTACT CONTACT AGENDA AGENDA AGENDA SITUATION SITUATION SITUATION MEDITATIONS MEDITATIONS